CETA : que faire après l’épisode wallon ?
 
 

CETA : que faire après l’épisode wallon ?

 
 

Appel à mobilisation 8 novembre 2016

 
 

Cher·e adhérent·e,

Dimanche 30 octobre 2016, le CETA a finalement été signé par le Président du Conseil de l’Union européenne, Donald Tusk, et le Premier ministre canadien Justin Trudeau. Face aux institutions européennes et aux gouvernements qui souhaitent précipiter l’adoption définitive du CETA, la mobilisation va encore s’amplifier, jusqu’à son abandon !

Mais nous devons d’abord tirer des enseignements de l’« épisode wallon ». C’est qu’Attac vous propose dans deux textes ci-dessous qui répondent à la déferlante de commentaires et d’analyses qui ont tenté de décrédibiliser les opposants aux accords de libre-échange. Nous vous invitons à transmettre et à faire connaitre les analyses d’Attac auprès de votre entourage !

Nous relayons par la même occasion une initiative européenne intitulée « CETA Check » qui vise à interpeller vos députés européen sur la question du CETA.

 
 

CETA : que faire après l’épisode wallon ?

Avant la signature du CETA par Donald Tusk et Justin Trudeau, le Parlement de Wallonie ainsi que deux autres parlements francophones belges avaient résisté durant quinze jours, en refusant de donner leur délégation de signature au Gouvernement fédéral belge. Ce document présente le contenu et la valeur juridique de ce qui a été obtenu lors de la signature du CETA, quelques enseignements à retenir de cette « séquence » et donne des pistes pour la suite de la mobilisation.

Petit guide de désintox sur le CETA

La résistance du Parlement wallon, malgré les pressions, menaces, ultimatums, a permis l’annulation du sommet entre l’Union européenne et le Canada prévu pour la signature du traité CETA. Un accord a finalement été trouvé entre les parties belges, qui a conduit à une signature expresse de ce traité de libre échange. Mais rien n’est encore joué : le CETA doit encore être ratifié dans tous les États membres. Et la résistance de la Wallonie a donné de l’écho à la mobilisation de millions de citoyen·e·s, de part et d’autres de l’Atlantique, qui dénoncent depuis plusieurs années les dangers de cet accord. Elle a permis d’engager largement le débat sur les accords de libre-échange.

L’objet de ce petit guide est de revenir sur « l’épisode wallon » et de répondre à la déferlante de commentaires et d’analyses qui visent, dans les grands médias, à décrédibiliser les opposants aux accords de libre-échange. Pour remettre à l’endroit ce que certains ont présenté à l’envers !

Faites le « CETA Check » !

Les collectifs mobilisés contre les accords transatlantiques en Europe appellent leurs concitoyen·e·s à enjoindre leurs eurodéputés de voter contre l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada, le CETA, lors de la ratification attendue début 2017. Cette campagne, coordonnée par les promoteurs de l’Initiative citoyenne européenne (ICE) qui avait recueilli plus de 3,5 millions de signatures contre le TAFTA et le CETA l’année dernière, est soutenue par les collectifs Stop TAFTA de toute l’Europe.

Parallèlement à cette interpellation par courriel, le collectif Stop TAFTA encourage les citoyens européens à s’adresser directement à leurs eurodéputés, par téléphone, lors de rendez-vous voire d’événements publics.

Pour aller plus loin

 
 

Attac France — 2016
Twitter | Facebook | Viméo

Ce message a été envoyé sur la liste « Adhérent⋅e⋅s d’Attac »
Se désinscrire de cette liste | Ne plus recevoir de courriels de la part d’Attac France


Attac France

21 ter rue Voltaire
75011 PARIS
France